La mouche rose : une solution verte

DES BÉNÉFICES À L’ÉCHELLE DE VOTRE FERME ET À L’ÉCHELLE RÉGIONALE

PRODUCTEURS…

Vos insecticides ne fonctionnent plus? Vous voulez réduire vos pertes de rendement?

Profitez de plus de 12 ans d’expérience du regroupement des producteurs d’oignons des Jardins de Napierville!

Commandez vos mouches avant la fin octobre pour la saison qui suit!

CONSEILLERS…

Offrez cette solution alternative aux pesticides : nous produirons vos mouches!

Installez des pièges : notre équipe identifiera les mouches!

 Pour plus de détails téléphonez au 450 454-3992  ou  ÉCRIVEZ-NOUS

MÉTHODE

lacher-mouches-rect

  1. Production d’une grande quantité d’individus dans notre bio-usine
  2. Stérilisation et coloration en rose avant leur introduction aux champs
  3. Lâchers hebdomadaires durant l’activité de la population naturelle
  4. Accouplement naturel des mouches sauvages avec des mouches stériles
  5. Ponte d’œufs stériles
    • Pas de larves
    • Pas de dégâts
    • Pas de pertes de rendements
  6. Diminution des populations sauvages de mouches de l’oignon

UTILISATION : PIÈGES ET LÂCHERS

piege-rect

  1. Évaluation de la présence de population naturelle de mouches de l’oignon Delia antiqua Quelle mouche avez-vous chez vous?***)
  2. Évaluation de la population qui attaque vos plants: identification des larves présentes dans l’oignon
  3. Recommandation du nombre de mouches roses à relâcher en fonction des populations de mouches de l’oignon sauvages présentes
  4. Un lâcher hebdomadaire , débutant une semaine avant le semis et pouvant aller jusqu’à la récolte
  5. Lecture des pièges et suivi du ratio des mouches naturelles et stériles
  6. Ajustement du nombre de mouches si nécessaire

LA MOUCHE ROSE : UNE SOLUTION VERTE

Notre équipe de professionnels est au service des producteurs d’oignons :

  • techniciens à la production de mouches et au contrôle de qualité dans notre bio-usine;
  • agronomes et techniciens qui recommandent le taux de lâchers en fonction des besoins, dans un plan de lutte intégrée;
  • dépisteurs qui marchent les champs et procèdent à la collecte des pièges
  • techniciens qui effectuent la lecture des pièges et l’identification des captures, sous la supervision d’un entomologiste.

VOYEZ CES VIDÉOS

semaine-verte

LA MOUCHE ROSE, UN INVESTISSEMENT À LONG TERME

Rentabilité et réduction de l’empreinte environnementale

  • Pour pallier à la grande variabilité dans l’efficacité des insecticides pour contrôler la mouche de l’oignon
  • Pour réduire les dommages et augmenter la productivité des champs d’oignons
  • Pour offrir une alternative de contrôle dans l’oignon vert, culture en expansion particulièrement sur  le marché de l’exportation.
  • Pour servir d’outil de mise en marché puisque l’utilisation de cette méthode novatrice permettrait de réduire l’utilisation des insecticides

Le nombre de mouches à relâcher est déterminé à partir de l’importance des populations naturelles sur la ferme et dans la région. En diminuant la pression de l’insecte dans une zone donnée, on peut graduellement réduire le taux d’introduction annuel et maintenir les populations nuisibles acceptables dans les champs d’oignons. Ainsi, dans les Jardins de Napierville, pour un rendement équivalent et une utilisation moindre de pesticides, le taux moyen de lâchers a pu diminuer jusqu’à 70% entre 2011 et 2015.

TÉMOIGNAGE

« En 2010, nous avons eu en moyenne 30 % de pertes causées par les mouches de l’oignon dans nos champs d’oignons secs situés à Hemmingford (superficie de 13.8 ha), même avec l’application de pesticides comme le Lorsban au semis ainsi que des pulvérisations foliaires à chaque semaine dès l’apparition des premiers dégâts. »

PERTE DE REVENU TOTAL CAUSÉE PAR LA MOUCHE EN 2010 : 63 980 $

Aujourd’hui en 2015 les pertes causées par la mouche sont de 0.4 %

« Nous sommes fiers de dire aujourd’hui qu’il n’y a plus d’application de Lorsban au semis et que nous appliquons des traitements foliaires que lorsqu’ils sont vraiment nécessaires. De plus, les grenouilles et tortues sont de retour dans nos fossés. »

JEAN-CHRISTOPHE BARBEAU , Terres Maraîchères Barbeau